Monnaie du Maroc : quelle est son histoire ?

Monnaie du Maroc, le dirham marocain, n’est pas librement convertible. Il a comme subdivision le santim, qui correspond au centième d’un dirham. Utilisée avant la colonisation française, cette monnaie a disparu pendant l’époque coloniale et n’a fait sa réapparition qu’à l’indépendance du pays. Nous allons, dans les lignes qui suivent, vous relater la palpitante histoire de cette monnaie emblématique du Maghreb.

Une monnaie très ancienne

Le Dirham, la monnaie du Maroc, tient son origine de la drachme de l’Empire byzantin et a circulé en Arabie et au Levant pendant l’époque préislamique. Le nom «Dirham» vient du mot romain «Denarius» qui était une monnaie utilisée pendant la période romaine. Avant 1882, la monnaie du Maroc comprenait des pièces en cuivre appelées« Falus, des pièces en argent appelées « Dirham » et des pièces en or dénommées « Benduqi ». À partir de 1882, le Maroc adopte le Rial comme monnaie officielle et le Dirham en devient sa fraction avec 1 Rial valant 10 Dirhams.

Période coloniale

Pièce de 10 DirhamsAprès que le Maroc soit devenu un protectorat français, le dirham disparait de la circulation et est remplacé à partir de 1920 par le franc marocain, une monnaie introduite par le colonisateur en vue de favoriser les échanges entre la métropole et la colonie. (Il faut noter que le Maroc était aussi sous protectorat espagnol. Le territoire d’influence encadrait celui de la zone française au Sud et au Nord.). La valeur du franc marocain était d’ailleurs déterminée par celle du franc français.

Divisée en centimes, cette monnaie coloniale comprenait à ses débuts des pièces de 50, 25, 20, 10 et 5 centimes, de même qu’une pièce de 1 franc. De 1951 à 1953 sont même apparues des pièces de 500, 200 et 100 francs. De 1920 à 1923, on trouvait des billets de 1000, 500, 100, 50, 20, 10 et 5 francs. Entre 1949 et 1953 la Banque d’État du Maroc a imprimé des billets de 10.000, 5000, 1000, 500, 100 et 50 francs.

Réintroduction du dirham comme Monnaie du maroc

Après l’accession à l’indépendance en 1956, le Maroc a continué utiliser la monnaie imposée par le colonisateur. En 1958, la France décide de dévaluer le franc français et par conséquent le franc marocain. Le Maroc refuse et décide de créer sa propre monnaie. C’est ainsi que le dirham signe son retour sous l’impulsion du ministre des finances d’alors, Abderrahim Bouabid. Ce dernier voulait que le pays devienne indépendant sur les plans politique, économique et financier. Afin d’acter cette décision, le Maroc se dota d’abord d’une banque centrale : “la banque Al-Maghrib”.

Les pièces de monnaie du Maroc

En 1960, des pièces en argent de 1 dirham ont été introduites. Celles-ci ont été suivies de pièces en nickel de 1 dirham et de pièces en argent de 5 dirhams en 1965. En 1974, avec l’introduction du santim (centième d’un dirham), de nouvelles pièces de 1, 5, 10, 20 et 50 de santimat, de même qu’une pièce de 1 dirham sont introduites. Les pièces  de 1 santim étaient en aluminium. Celles allant de 5 jusqu’à 20 santimat étaient frappées en laiton et les deux autres étaient en cupro-nickel. Des pièces de 5 dirhams en cupro-nickel ont été ajoutées en 1980 et ont été changées en bimétal en 1987.

Ces pièces portaient deux date d’émission, dont une dans le calendrier grégorien et l’autre dans le calendrier islamique. La pièce de 1 santim a cessé d’être produite en 1987. A cette même époque, de nouvelles pièces on fait leur apparition. On avait la pièce d’un demi-dirham remplaçant celle de 50 santimat sans en modifier la taille ou la composition. La nouvelle pièce de 5 dirhams était bimétallique, de même que la pièce de 10 dirhams introduite en 1995. Des pièces de 2 dirhams s en Cupro-nickel ont été introduites en 2002. En 2011, une nouvelle série de pièces de monnaie a été émise, avec les pièces de 5 et 10 dirhams utilisant une image latente comme élément de sécurité.

Epices marocaines

Les billets

Les premiers billets libellés en dirhams étaient des surimpressions de billets antérieurs. On avait un billet de 50 dirhams surimprimé sur un billet de 5000 francs marocains, un autre de 100 dirhams surimprimé sur un billet de 10 000 francs marocain. En 1965, de nouveaux billets ont été émis, dont des coupures de 5, 10 et 50 dirhams. Les billets de 100 dirhams ont été introduits en 1970, suivis de coupures de 200 dirhams en 1991 et de 20 dirhams en 1996. Les billets de 5 dirhams ont été ensuite remplacés par des pièces de monnaie en 1980. La même chose est arrivée aux billets de 10 dirhams en 1995.

À la mi-octobre 2009, la Banque Al-Maghrib a émis quatre millions de billets de 50 dirhams pour commémorer le 50e anniversaire de la banque. La coupure commémorative mesurait 147 x 70 mm et présentait les portraits des rois Mohammed VI, Hassan II et Mohammed V. Au verso, on retrouvait une image du siège de la Banque Al-Maghrib à Rabat. Le discours prononcé en 1959 par Mohammed V à l’ouverture de la banque Al-Maghrib était micro-imprimé sur le verso.

En décembre 2012, la banque Al Maghrib a émis un billet de banque de 25 dirhams pour commémorer le 25e anniversaire de la production de billets dans l’imprimerie marocaine, Dar As-Sikkah. C’est le premier billet de banque au monde à imprimer sur du durasafe, un substrat composite en papier-polymère produit par Fortress Paper. L’avant de la coupure commémorative comportait une vignette à l’intérieur, un filigrane du roi Mohammed VI, et un fil de sécurité de couleur magenta-vert.

Le fil, comme le filigrane, était intégré dans le billet de banque. Il a également une fenêtre en polymère entièrement transparente estampée avec le couvre-chef royal. L’arrière du billet portait une vignette imprimée commémorant les 25 ans d’impression de billets à l’imprimerie marocaine, Dar As-Sikkah.

Le 15 août 2013, la banque Al-Maghrib a annoncé une nouvelle série de billets de banque. Ces coupures présentent un portrait du roi Mohammed VI et de la couronne royale. Chacun des billets montre une porte marocaine à gauche du portrait, démontrant la richesse du patrimoine architectural exceptionnel du pays et symbolisant son ouverture sur le monde entier.

Leave a Reply